1991 – Mc Mahon

Du titane et rien que du titane ! Du cadre à la fourche, jusqu’aux accessoires, des géométries toujours en évolution, Steve Mc Mahon a tout tenté et réalisé dans le métal magique.

I

1991 Mc Mahon USA

  • Origine : USA
  • Cadre : Titane 3Al2,5V Sandvik
  • Fourche : Titane 3Al2,5V Sandvik – Raccord Acier Chromo
  • Périphériques : Titane 3Al2,5V Sandvik – Sella Italia Flite
  • Transmission : Shimano XT M730 – Mac Mahon Steely Danz
  • Freins : Shimano XT – Mc Mahon Sissor
  • Roues : Mavic – Hope titane

 

Que d’eau, que d’eau!” s’exclama Mac Mahon…

Si ce n’est qu’ici, Mac Mahon n’a rien à voir avec le 3e président de notre République et que nous sommes plutôt inondé de titane.  En effet, difficile d’avoir autant de titane sur un vélo, surtout en 1991. Cette année-là, le titane était encore un métal confidentiel dans l’industrie du cycle et seulement trois sociétés américaines savaient le travailler : Merlin, Litespeed et enfin Sandvik Material Technology qui a réalisé ce Mc Mahon. Mais contrairement aux autres, Sandvik ne s’occupait que de fabrication
et s’adaptait au design défini par les marques qui lui font sous-traiter leur modèle titane : Gary Fisher, Kona, Dean, Fuji, RekTek…
et Steve Mc Mahon.

 

“Le titane est le bon matériau:  il est léger, il dure pour toujours et il est génial à rouler. Que dire de plus!”
Après avoir testé les autres matériaux, Steve Mc Mahon a trouvé son métal miracle pour fabriquer ses vélos ; en échange de 3500$ (une somme astronomique à l’époque), on dispose d’une machine de 10kg avec le cadre, les fourreaux de fourche, la potence, le cintre, la tige de selle, l’axe de pédalier, sans oublier la visserie, les axes de pédales ou les rayons en titane ! Même la concurrence n’allait pas aussi loin !

 

Le cadre est plutôt fin pour un titane avec des tubes principaux en Ti 3Al 2,5V de 31,8mm à épaisseur constante. La fourche est en acier avec des jambes en titane collées, mais suite à des problèmes de fiabilité, elle sera remplacée en  92, par un modèle composé d’un pivot et de deux jambes en titane réunis sur un té en aluminium (sur le même principe que les fourches composite Bontrager ou IRD). La tige de selle possède un curieux réglage d’inclinaison par vis hexagonale de 13mm situé à son sommet. Esthétique mais peu pratique ! La potence en titane possède de la visserie en titane et le cintre est renflé à son milieu, technologie habituelle sur les cintres alu, mais  rare sur ceux en titane.

Les freins “Sissor Brake” sont la particularité principale du Mac Mahon. Les tasseaux sont situés à l’identique de ceux des U-Brakes ou Roller Cam. Mais à la différence de ces derniers, les deux bras des étriers sont écartés par une petite biellette actionnée par le câble. Équipé de freins Mathauser et après moults réglages délicats, le freinage est plutôt mordant.

 

Le cadre répond à la moindre sollicitation du pédalier et donne envie d’attaquer.
Amateur de titane souple et confortable, passez votre chemin, le Mc Mahon se comporte plutôt comme un acier, le poids en moins. La position est allongée, nez dans le guidon : Une chasseur de podium.

Steve McMahon a finalement un peu tout essayé sur ses vélos en déclinant  le titane dans tous les accessoires et périphériques sous le label MRC (Mc Mahon Racing Component). Il fut aussi parmi les pionniers à utiliser l’usinage et l’anodisation pour grignoter du poids au maximum, jusqu’à la limite de la fiabilité. Du pédalier aux moyeux en passant par les freins, Steve Mc Mahon est une sorte de Géo Trouvetout artisanal qui s’est même essayé à la fourche télescopique avec la  Shaka et ses 1,2kg et au tout suspendu en alu pour finalement se tourner vers le BMX. Mais dans l’imaginaire vététiste, Mc Mahon restera toujours associé au titane exotique, rare et osé.