1990 – Decathlon Cap Nord

Un cadre en Tange Prestige, un groupe Shimano Deore XT, des roues Mavic… Le Decathlon possède tous les ingrédients des bons vélos… le prix en plus !

I

1990 Décathlon Cap Nord

  • Origine : France
  • Cadre : Acier chromo Tange Prestige
  • Fourche : Acier chromo Tange Prestige
  • Périphériques : Decathlon
  • Transmission : Shimano Deore XT
  • Freins : Shimano Deore XT
  • Roues : Mavic – Shimano Deore XT

Bien-sûr, il est toujours possible de payer plus cher… Mais quand on comparait la fiche technique du Décathlon Cap Nord II avec son prix, on se disait que la vie est parfois pleine de bonnes surprises et que craquer pour un VTT haut de gamme sans s’attirer les foudres de son banquier restait possible .
En clair, pour 6290 Francs, on trouvait un cadre “surbaissé” tout en tubes Chromoly  Tange Prestige double butted, un groupe complet Shimano XT avec manettes Rapidfire, de la jante Mavic et du pneu Michelin. En 1990, d’autres marques prestigieuses proposaient des machines avec le même équipement mais au tarif facilement doublé par rapport à celui de Décathlon.

Le Cap Nord est bluffant. Tout d’abord, le groupe shimano XT est réellement complet : transmission, freinage, moyeux, jeu de direction jusqu’à la tige de selle… alors que certains constructeurs trichent en récupérant dans les gammes inférieures les composants peu visibles. Ensuite, le cadre est tout à fait dans la mouvance du moment, arborant un wishbone et une triangulation triple à l’arrière, plus marketing que techniquement pertinent. Mais à l’époque, il était nécessaire de se distinguer de la concurrence en faisant preuve d’inventivité. Pourtant, la géométrie reste sage, avec des angles pas trop couchés et un tube supérieur trop horizontal. La réalisation est propre avec des soudures fines et assez régulières. Le sticker Tange Prestige désigne la qualité des tubes utilisés. Reste à savoir si l’ensemble du cadre utilise ces fameux tubes japonais car très souvent, les bases et haubans restaient en chromo ordinaire pour limiter le prix.

 

Le Décathlon est un baroudeur, sans fioriture ni bling bling, juste dessiné pour rouler partout par tout temps. Nous sommes dans le robuste et non dans la machine allégée. L’ensemble Shimano est toujours précis et silencieux malgré son âge. Les jantes Mavic de large section n’ont pas pris de voile après de bonnes années de bons et loyaux services (l’usure de leurs flancs en témoigne). Son comportement est neutre, sans mauvaise surprise bien que son tube supérieur assez haut et son poids situé autour des 13/14 kg brident un peu sa maniabilité et sa vivacité.

Finalement, le Décathlon convient à presque tout le monde à condition bien-sûr de posséder les bonnes mensurations qui conviennent aux trois tailles disponibles. Ceci mis à part, le vélo répondait à toutes les attentes du vététiste de l’époque, qu’il soit débutant ou compétiteur confirmé. Les uns trouvaient un vélo bien équipé qui offrait une bonne marge de progression sans se ruiner, les autres disposaient d’une machine hyper fiable. Pour les inconditionnels de vélos caractériels, élitistes, ou exotiques, de très bonnes relations avec son banquier étaient hélas nécessaires.