1986 – Schwinn Paramountain

Le vélo avec lequel Mary-Lee Atkins fut championne du Monde à Villard de Lans en 1987. Ned Overend fut lui aussi titré, avec le même vélo…
I

1986 Schwinn Paramountain USA

  • Origine : USA
  • Cadre : Acier Chromo Tange
  • Fourche : Acier Chromo Tange
  • Périphériques : Suntour – AVOCET
  • Transmission : Shimano Deore XT
  • Freins : Suntour Roller Cam
  • Roues Araya – Shimano Deore XT

Ce vélo a gagné un titre de Champion du monde!
C’était à Villard de Lans en 1987, lors des premiers Championnats du Monde de Mountain-Bike où Ned Overend et
Mary-Lee Atkins ont piloté leur Schwinn Paramountain respectifs sur  le terrible Sentier Gobert, jusqu’à la victoire finale. 25 ans plus tard, Mary-Lee Atkins, première  championne du monde de VTT de l’histoire, nous offrira le vélo de son titre  !

Fleuron de la marque et destiné à la compétition, le Schwinn Paramountain équipait les pilotes du team.
La fabrication est sérieuse. Les tubes d’acier haut de gamme Tange double butted sont assemblés par raccords. L’esthétique du cadre se rapproche des standards routiers avec son long tube supérieur bien horizontal. Les bases de 433 mm sont longues et les angles de 74° pour le tube de selle et 71° de direction offrent une position sur l’avant plus aggressive et propice à l’escalade. La fourche unicrown de chez Tange est pourtant assemblée par un raccord.

La transmission d’origine est à base de M700, le tout premier groupe VTT de Shimano… Mais en commercialisant le Deore XT M730 en 1987, la marque Nippone indexe son dérailleur arrière et impose aux cadreurs des butées de gaines spécifiques que le Schwinn Paramountain ne possède pas encore. Pourtant, la transmission profite de ces nouveaux dérailleurs et utilise aussi la dernière innovation : la roue libre à cassette 6 vitesses hyperglide ! Le freinage vient de chez Suntour avec de longs leviers 4 doigts et des étriers Roller-Cam puissants et progressifs. Le tube de selle possède deux plots pour la pompe Zéfal Tornade ! Les micro-pompes ou  les cartouches de gaz n’existaient pas en 1987 et les compétiteurs devaient tout réparer par eux-même  !

 

Stable en descente grâce à son empattement long  et son freinage sûr, le Schwinn Paramountain préfère la vitesse. Malgré les longues bases qui augmentent la motricité, et ses angles basculés sur l’avant  pour favoriser un pédalage puissant, les montées se font plutôt au train : des plateaux de 48, 38 et 28 dents ne laissant pas d’autre alternative ! Mais cela permet de mesurer le talent de Ned Overend ou de Mary-Lee Atkins, capables d’aller vite avec une machine aussi simple, sur des sentiers où le commun des vététistes refuserait de rouler sans l’attirail onéreux de suspensions, matériaux de l’espace et autres grandes roues à la mode !

 

Plus grosse marque américaine de cycles dans la moitié du XXe siècle, Schwinn fut un acteur indirect dans la création du Mountain-bike. Son modèle Excelsior de 1933 équipé de pneus ballon en 26×2.125,  fut reconditionné en klunker dans les années 70 pour dévaler les pentes du Mont Tamalpais. Mais si, Schwinn proposera ensuite le Klunker 5 puis le King Sting mais sans réelle conviction, le premier vrai mountain-bike, le Sierra, ne sera présenté qu’en 1984.

Quelques Schwinn se distingueront comme le Paramount SASS à suspension  Buell en 1991, le Banger 4 à suspension Mert-Lawwill et le Homegrown à la fin de 90ies… Mais le Paramountain ici présenté reste vraiment à part, car  Mary-Lee Atkins a gagné le premier Championnat du monde féminin de VTT de l’histoire à son guidon.