1979 – Motobécane MX30

Avec ses suspensions, et ses vitesses dans le moyeu, Le Motobécane MX 30 a préparé le terrain à l’arrivée du VTT en France 4 ans plus tard…

I

1979 – Motobécane MX30

  • Origine : France
  • Cadre : Acier – Suspension à ressort
  • Fourche : Acier – Ressort
  • Périphériques : Motobécane
  • Transmission : Sturmey Archer
  • Freins : Tambour dans le moyeu

Les vététistes aujourd’hui quadragénaires, ont certainement rêvé du Motobécane MX30 dans leur enfance. En 1980, pour ceux qui étaient trop jeunes pour pouvoir emprunter la mob’ typée enduro du grand frère, ce vélo était le seul moyen pour  rouler hors bitume ; un ancêtre du VTT qui a  véritablement préparé le terrain (et les esprits) à la venue de cette nouvelle pratique vélocipédique. N’oublions pas que cet année-là, le Mountain-bike en était encore à ses tous premiers balbutiements aux USA et qu’en France le monde du vélo se résumait entre utilitaires citadins et vélos de course 10 vitesses !
Le Motobécane MX30 est un vélo prémonitoire composé de tous les ingrédients du VTT moderne : suspension arrière cantilever à mono-amortisseur, fourche télescopique double té avec potence à double fixation, freins à tambours, vitesses intégrées au moyeu et actionnées par poignée tournante et surtout, une dégaine de moto de cross.
Relativisons : il s’agit d’un “Vélo-Cross”, un concept né du croisement d’un BMX et d’une petite moto qui aurait perdu son moteur. La fin des années 70 fut marquée par la prolifération de ces vélos pour enfants avec des cadres aux dessins délirants et des suspensions terriblement énergivores…

 

À près de 20kg, béquille comprise, le Motobécane MX30 tempère la moindre velléité de performance! Tout est en acier sur ce vélo, du cadre aux jantes en passant par les périphériques. La fourche et l’amortisseur empruntés d’une Mobylette sont dépourvus d’un quelconque réglage de l’hydraulique ou de la précontrainte et la moindre poussée sur les pédales est immédiatement absorbée par l’amortisseur. Le freinage par tambour est plus bruyant qu’efficace. Mais les 3 vitesses du moyeux Sturmey Archer  sont indexées et permettent même un développement ultra court, indispensable pour affronter la moindre petite montée.

Soyons indulgent.  Créer  un tel vélo n’était peut-être pas si aisé car les composants spécifiques étaient inexistants. À l’identique des pionniers américains qui amélioraient leur klunkers, Les ingénieurs de motobécane ont dû se débrouiller avec les moyens du bord. Il faudra attendre 1983 pour que Shimano commercialise son premier groupe VTT, le Deore XT, 1984 pour qu’apparaissent les premiers prototypes de VTT à suspension arrière, et 1989 pour la réalisation de la fourche télescopique Rock Shox. Entre temps, les heureux petits propriétaires du Motobécane MX30 auront grandi. La mob’ typée enduro du grand frère perdra de son intérêt au profit de ces étranges Mountain-Bikes tout juste arrivés d’Amérique.

Motobécane débute en 1924 à Pantin par la réalisation d’une petite moto. La Mobylette
et le VéloSolex seront les deux roues les plus populaires produits par la firme. Toutefois, pour faire face à

la crise des années 30, Motobécane devra se diversifier et fabriquera des bicyclettes. Les premiers “vélo-cross”, ancêtre du VTT moderne, seront commercialisés en 1979 : le MX41 à la robe bleue pour les plus petits, le MX21, tout de jaune fluo vêtu mais à suspension arrière uniquement, puis le MX30, orange fluo et à suspension intégrale, présenté ici. Une version adulte sera même créée avec le Vélover, équipé en roues de 24” à bâtons, de porte bagages et même d’un changement de vitesse électronique !

Motobécane sera racheté en partie par Yamaha en 1983 et deviendra MBK. Presque en même temps, les premiers mountain bikes arrivent en Europe. mais déjà, depuis quelques années, des vélos roulaient, sautaient ou dérapaient sur les sentiers de l’Hexagone.